Avec Marie

Au cœur du mois d’Août, l’Eglise célèbre l’Assomption de la Vierge Marie. Dans cet article, Frère Nicolas MORIN (ofm) nous partage son expérience. Un témoignage qui peut nous aider à prolonger notre prière avec Marie. (Publié sur Facebook le 14 Août 2018)

J’aime prier dans le chœur de l’église des Grottes de Saint Antoine à Brive, devant la statue de la Vierge Marie. Elle me parle de Marie, bien sûr, mais surtout de l’infinie bonté de Dieu. Cette statue représente une jeune femme, toute simple, tellement semblable à des milliers d’autres jeunes femmes. Marie est bien l’une de nous, enracinée dans sa terre de Palestine, partageant les joies, les angoisses et les attentes de son époque.
Il y a une manière de se représenter Marie, à mi chemin entre l’homme et Dieu, d’en faire une quasi déesse, qui risque de cacher ce que Marie nous apporte de plus beau.
La sainteté de Marie ne réside pas dans des qualités exceptionnelles, surhumaines. Ce qui fait sa sainteté, c’est le choix de Dieu, le don gratuit que fait Dieu de lui-même dans la vie de cette jeune fille.

La statue représente Marie la main tendue. Une main qui dit toute la disponibilité intérieure de Marie, sa liberté profonde, et sa confiance. Marie n’est pas tendue vers un but qu’elle se serait fixé, pas même le désir de parvenir par elle-même à la sainteté.
Marie cultive depuis toujours cette disponibilité intérieure qui la rend réceptive, accueillante à l’irruption de la Parole de Dieu dans sa vie. A la suite d’Abraham, de Moïse, de Samuel, elle ouvre simplement ses mains et son cœur : Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.

Le don de Dieu va au-delà de tout ce qu’elle aurait pu imaginer. En elle, la Parole prend corps, Dieu se fait petit enfant. Cet enfant qu’elle porte avec tant de délicatesse comme une perle précieuse.
Marie ne cherche pas à tout comprendre, à tout maîtriser. Elle fait confiance. Elle laisse Dieu être Dieu dans sa vie. Elle se laisse prendre tout entière par lui. « Qu’il me soit fait selon ta parole ». Marie dit oui dans les moments de joie profonde. Et quelle joie pour une maman de sentir son enfant tressaillir en son sein. Mais elle aura aussi le courage de redire son oui au pied de la croix, dans la plus grande souffrance que peut connaître une mère. Marie nous rejoint dans notre vie la plus quotidienne, dans les plus grandes joies comme dans la peine.
Et elle ouvre en chacun de nous un chemin de confiance et d’espérance. Un chemin d’espérance parce que Marie accompagne son Fils dans sa mort mais aussi dans sa résurrection. Et elle nous invite à faire, comme elle, dans le Christ, ce passage de la mort à la vie.
Pour cela, il nous est proposé simplement de croire, d’accueillir la promesse de Dieu dans chacune de nos vies. Élisabeth rend grâce pour la foi toute simple de sa cousine : « Heureuse celle qui a cru en l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur ».
Mains ouvertes de Marie : accueil, confiance, abandon.

Cette main ouverte semble également nous inviter, nous appeler. Elle dit le désir de Marie de nous partager ce qu’elle a de plus précieux. Marie ne se cramponne pas à son Fils, comme une mère possessive. Elle nous le présente afin qu’à notre tour nous fassions de notre cœur un berceau. Marie se reçoit tout entière de Dieu et elle se donne à son tour tout entière. En cela elle partage déjà la dynamique de vie et d’échange qui unit en Dieu le Père et le Fils, dans l’Esprit Saint. Marie entre de plein pied dans la dynamique de l’amour trinitaire et elle nous invite à la suivre.
Marie est bien la première en chemin, la première des sauvées en Christ.

Fêter Marie, c’est accueillir en chacune de nos vies le chemin tout simple qu’elle propose. C’est, à sa suite, ouvrir nos mains, ouvrir nos cœurs à la Parole de Dieu qui vient nous donner vie, nous susciter, nous mettre en chemin à la suite de Jésus.
Si Marie est la première ressuscitée avec le Christ, elle nous ouvre le chemin. La fête de l’Assomption est porteuse de cette bonne nouvelle : Christ est vainqueur de la mort et l’humanité, sauvée par lui, est promise à goûter pleinement la gloire de Dieu, comme Marie.

Que tu es belle Marie de nous mettre ainsi sur la route de Dieu en t’effaçant discrètement, amoureusement.
Que tu es belle Marie, reflet de la beauté et de la disponibilité de notre Dieu. En toi éclatent la bonté et la fidélité de Dieu qui offre son Alliance de génération en génération.
Avec toi, nous voulons ouvrir les mains pour accueillir le Dieu qui vient et nous laisser prendre avec lui.

Pour découvrir le Site et la Fraternité des Grottes de St Antoine à Brive-la- Gaillarde, cliquez sur le lien