Tous les articles par fratofs

Avec Marie

Au cœur du mois d’Août, l’Eglise célèbre l’Assomption de la Vierge Marie. Dans cet article, Frère Nicolas MORIN (ofm) nous partage son expérience. Un témoignage qui peut nous aider à prolonger notre prière avec Marie. (Publié sur Facebook le 14 Août 2018)

J’aime prier dans le chœur de l’église des Grottes de Saint Antoine à Brive, devant la statue de la Vierge Marie. Elle me parle de Marie, bien sûr, mais surtout de l’infinie bonté de Dieu. Cette statue représente une jeune femme, toute simple, tellement semblable à des milliers d’autres jeunes femmes. Marie est bien l’une de nous, enracinée dans sa terre de Palestine, partageant les joies, les angoisses et les attentes de son époque.
Il y a une manière de se représenter Marie, à mi chemin entre l’homme et Dieu, d’en faire une quasi déesse, qui risque de cacher ce que Marie nous apporte de plus beau.
La sainteté de Marie ne réside pas dans des qualités exceptionnelles, surhumaines. Ce qui fait sa sainteté, c’est le choix de Dieu, le don gratuit que fait Dieu de lui-même dans la vie de cette jeune fille.

La statue représente Marie la main tendue. Une main qui dit toute la disponibilité intérieure de Marie, sa liberté profonde, et sa confiance. Marie n’est pas tendue vers un but qu’elle se serait fixé, pas même le désir de parvenir par elle-même à la sainteté.
Marie cultive depuis toujours cette disponibilité intérieure qui la rend réceptive, accueillante à l’irruption de la Parole de Dieu dans sa vie. A la suite d’Abraham, de Moïse, de Samuel, elle ouvre simplement ses mains et son cœur : Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.

Le don de Dieu va au-delà de tout ce qu’elle aurait pu imaginer. En elle, la Parole prend corps, Dieu se fait petit enfant. Cet enfant qu’elle porte avec tant de délicatesse comme une perle précieuse.
Marie ne cherche pas à tout comprendre, à tout maîtriser. Elle fait confiance. Elle laisse Dieu être Dieu dans sa vie. Elle se laisse prendre tout entière par lui. « Qu’il me soit fait selon ta parole ». Marie dit oui dans les moments de joie profonde. Et quelle joie pour une maman de sentir son enfant tressaillir en son sein. Mais elle aura aussi le courage de redire son oui au pied de la croix, dans la plus grande souffrance que peut connaître une mère. Marie nous rejoint dans notre vie la plus quotidienne, dans les plus grandes joies comme dans la peine.
Et elle ouvre en chacun de nous un chemin de confiance et d’espérance. Un chemin d’espérance parce que Marie accompagne son Fils dans sa mort mais aussi dans sa résurrection. Et elle nous invite à faire, comme elle, dans le Christ, ce passage de la mort à la vie.
Pour cela, il nous est proposé simplement de croire, d’accueillir la promesse de Dieu dans chacune de nos vies. Élisabeth rend grâce pour la foi toute simple de sa cousine : « Heureuse celle qui a cru en l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur ».
Mains ouvertes de Marie : accueil, confiance, abandon.

Cette main ouverte semble également nous inviter, nous appeler. Elle dit le désir de Marie de nous partager ce qu’elle a de plus précieux. Marie ne se cramponne pas à son Fils, comme une mère possessive. Elle nous le présente afin qu’à notre tour nous fassions de notre cœur un berceau. Marie se reçoit tout entière de Dieu et elle se donne à son tour tout entière. En cela elle partage déjà la dynamique de vie et d’échange qui unit en Dieu le Père et le Fils, dans l’Esprit Saint. Marie entre de plein pied dans la dynamique de l’amour trinitaire et elle nous invite à la suivre.
Marie est bien la première en chemin, la première des sauvées en Christ.

Fêter Marie, c’est accueillir en chacune de nos vies le chemin tout simple qu’elle propose. C’est, à sa suite, ouvrir nos mains, ouvrir nos cœurs à la Parole de Dieu qui vient nous donner vie, nous susciter, nous mettre en chemin à la suite de Jésus.
Si Marie est la première ressuscitée avec le Christ, elle nous ouvre le chemin. La fête de l’Assomption est porteuse de cette bonne nouvelle : Christ est vainqueur de la mort et l’humanité, sauvée par lui, est promise à goûter pleinement la gloire de Dieu, comme Marie.

Que tu es belle Marie de nous mettre ainsi sur la route de Dieu en t’effaçant discrètement, amoureusement.
Que tu es belle Marie, reflet de la beauté et de la disponibilité de notre Dieu. En toi éclatent la bonté et la fidélité de Dieu qui offre son Alliance de génération en génération.
Avec toi, nous voulons ouvrir les mains pour accueillir le Dieu qui vient et nous laisser prendre avec lui.

Pour découvrir le Site et la Fraternité des Grottes de St Antoine à Brive-la- Gaillarde, cliquez sur le lien

 

Prière du Matin

Seigneur, dans le silence de ce jour naissant,
Je viens te demander la paix, la sagesse, la force,

Je veux regarder aujourd’hui le monde
Avec des yeux tout remplis d’amour,

Etre patient, compréhensif, doux et sage,
Voir au-delà des apparences,

Tes enfants comme tu les vois Toi-même,
Et ainsi ne voir que le bien en chacun.

Ferme mes oreilles à toute calomnie,
Garde ma langue de toute malveillance,

Que seules les pensées qui bénissent
Demeurent en mon esprit,

Que je sois si bienveillant et si joyeux
Que tous ceux qui m’approchent sentent Ta présence.

Revêts-moi de ta beauté, Seigneur,
Et qu’au long de ce jour, je te révèle.

François d’Assise en questions

François d'Assise en question Couverture du livre François d'Assise en question
DALARUN Jacques
Sources franciscaines
CNRS Editions
2016
457
9782271088215

 

Fondateur de l'ordre des Franciscains, précurseur du dialogue interreligieux, proche de la Création et des créatures animales, François d'Assise (1181-1226) est une figure toujours présente à notre époque. Le pape actuel, qui lui a emprunté son nom, ne se réclame-t-il pas de son œuvre ? A la croisée de l'histoire sociale et culturelle, de la philologie et de l'historiographie, ce livre nous guide à travers les légendes franciscaines et les vies de François d'Assise.

Un parcours savant et vivant, de la règle de l'ordre aux stigmates de François, des plus anciens manuscrits le concernant à la géographie des miracles du saint. Le personnage, son monde, mais aussi les textes qui l'entourent et leur tradition, sont ici étudiés avec une érudition heureuse qui a fait le succès des précédents ouvrages de Jacques Dalarun. Une aventure spirituelle autour d'un homme formé dans la culture courtoise et chevaleresque du XIIIe siècle.

26 €

Saint François en France

Saint François en France. 800 ans de présence franciscaine Couverture du livre Saint François en France. 800 ans de présence franciscaine
Ecole Franciscaine de Paris - Collectif
Histoire franciscaine
Editions franciscaines
2018
167
9782850206641

 

A l’occasion du huitième centenaire de l’arrivée des Frères mineurs en France, nous avons voulu mettre en lumière quelques figures marquantes du franciscanisme en France au long de ces huit siècles, convoquant pour cela les meilleurs historiens.

Sophie Delmas : “L’arrivée des premiers frères en France”

André Vauchez : “Deux figures féminines, Colette de Corbie et Elisabeth de Hongrie”

Pierre Moracchini : “Panorama des congrégations féminines franciscaines du Tiers-Ordre régulier en France au XIXe siècle”

Didier Rance :  “Des figures de laïcs franciscains aux XIXe et XXe siècles”

Jacques Dalarun et Dominique Poirel : “Le manuscrit retrouvé, de nouveaux textes écrits par saint François ?”

16 €

Frère Elie. Compagnon de François d’Assise

Frère Elie. Compagnon de François d'Assise Couverture du livre Frère Elie. Compagnon de François d'Assise
ATTAL Salvatore
Biographie
Salvator
2017
200
978270671624

 

Elie de Cortone fut le premier compagnon de saint François d'Assise. Il devint le ministre général de l'Ordre et le gouverna pendant vingt ans avant d'être banni du mouvement franciscain et excommunié par Rome.

Sa biographie, écrite en 1936 par l'historien Salvatore Attal, dit Soter (1877-1967), est peu connue : Elie fut volontairement laissé dans l'ombre à cause des accusations portées contre lui. Préfigurant l'approche actuelle des historiens, Soter le réhabilite énergiquement en relatant les actions extraordinaires qui, en Italie et en Terre sainte, font de la vie de frère Elie un des romans vrais les plus captivants du Moyen Age.

Cette biographie, à la fois rigoureuse et vibrante, constitue un document précieux sur un personnage fondamental de l'aventure franciscaine. (4ème de couverture)

20 €

Le moment Agostino

Le moment Agostino. Quand un franciscain enflamme le monde Couverture du livre Le moment Agostino. Quand un franciscain enflamme le monde
RANCE Didier
Biographie
Editions franciscaines
2017
214
9782850206498

 

Padre Luigi Vicini (1839-1921) est un prédicateur à succès. Mais il fuit en Suisse avec la fille mineure d'une de ses paroissiennes ! Il connaît alors une conversion fulgurante et devient franciscain sous le nom de frère Agostino. Il enflamme bientôt l'Italie, et bien au-delà. Ses prédications, relayées par la presse italienne et internationale, tiennent en haleine des milliers d'auditeurs, dont beaucoup sont loin de l'Église. Le pape, le roi d'Italie, des écrivains fameux s'intéressent à lui. Par son attention aux travailleurs et aux pauvres, il est un des inspirateurs de Rerum Novarum. « Météore », « feu d'artifice », il devient une légende vivante. Frère Agostino demeure pourtant un humble franciscain, homme de coeur et apôtre de la charité. Il crée un orphelinat et une congrégation religieuse pour s'occuper de centaines d'orphelines. Frère Agostino est, avec Newman et quelques autres, un de ceux qui, face au grand éloignement du Christ et de l'Église de nos sociétés, n'ont pas cherché à défendre des privilèges mais ont jeté des ponts par-delà ce refus, en toute liberté et vérité. Il est de ceux qui donnent envie d'aimer ce qu'ils aiment et de croire ce qu'ils croient.

Des fleurs en enfer. Fioretti du Bronx

Des fleurs en enfer. Fioretti du Bronx Couverture du livre Des fleurs en enfer. Fioretti du Bronx
ADRIAN Luc
Témoignage
Presses de la Renaissance
2004
220
2750900220

 

Au cœur du Bronx, quartier sinistré de New York, une fraternité franciscaine a choisi de mener une vie évangélique radicale, selon la règle de François d'Assise. Engagés auprès des plus pauvres, partageant leurs conditions de vie, leur détresse, leurs drames et leurs joies, quelques frères franciscains permettent à l'espoir de renaître. Cachant sous leur robe de bure des trésors de tendresse, ces prophètes d'un temps nouveau redonnent courage et fierté à des êtres ravagés par le malheur mais luttant toujours pour rester debout. Dans l'esprit des Fioretti de saint François, cet ouvrage montre avec pudeur comment l'amour et la compassion peuvent fleurir au cœur de l'enfer.

Textes et cahier photos composent un portrait émouvant de cette communauté urbaine oubliée des hommes, mais qui se souvient de Dieu.

Luc Adrian, journaliste à l'hebdomadaire Famille chrétienne, aime enquêter sur les discrètes sources d'amour qui irriguent le monde. Il est l'auteur de Foi dite en passant et de Compostelle, carnet de route d'un pèlerin (Presses de la Renaissance 1997 et 2002).

Sainte Elisabeth de Hongrie

Sainte Elisabeth de Hongrie Couverture du livre Sainte Elisabeth de Hongrie
VAUCHEZ André
Hagigraphie Franciscaine
Editions franciscaines
2017
600
9782850206511

 

Documents et sources historiques.

Elisabeth de Hongrie (1211-1228), fille du roi de Hongrie, épouse à 14 ans Louis IV de Thuringe de qui elle aura trois enfants. Découvrant François d'Assise, elle change radicalement de vie, partage tous ses biens et fonde un hôpital pour les pauvres. Cette femme laïque du XIIIe siècle, à la fois mystique et les deux pieds dans la misère de son époque, assumant ses choix face à des proches qui ne la comprennent pas, est une belle figure inspirante pour notre époque.
Elle est d'ailleurs "patronne" du Tiers-Ordre franciscain.